Au nom du peer, du file et de la sainte copie !

Quelques étudiants, certains internautes, beaucoup d’écrivains vont se réjouir. La copie ( » Monsieur, il copie sur moi! »), les emprunts littéraires ou autres (« Il a tout pompé! »), les anti-sèches en ligne, ne plus citer ses sources… ne sont plus de damnés péchés et sont une sainte religion !

En Suède, le gouvernement vient d’accepter la demande de faire de l’Eglise missionnaire du kopimisme une religion à part entière après deux tentatives infructueuses.

Le kopimisme est désormais considéré comme une vraie valeur de partage et de justice sociale pour un accès à l’information pour tous. Et les adeptes du copié/collé, du Ctrl+C » « Ctrl+V » peuvent s’en donner à coeur joie sans peur du copyright, des droits d’auteurs et autres ayants droits.

L’Eglise missionaire du Copimisme est parvenue après une troisième tentative à être reconnue religion officielle en Suède. La communauté inspirée de l’étudiant en philosophie Isak Gerson et fondée en 2010 s’engage pour la libre copie d’informations et contre sa limitation par les droits d’auteur. Le journal à sensation Expressen estime que la reconnaissance de l’Etat sans soutien financier est positive et appelle à ne plus soutenir non plus protestants et catholiques : « L’Etat ne doit pas être l’instance décisionnaire sur l’existence d’une religion ou non. … Un Etat laïc ne doit pas privilégier certaines religions par rapport à d’autres. Le problème c’est que la Suède ne respecte pas ce principe. … Il est grand temps que le subventionnement public des communautés croyantes soit supprimé. La liberté de religion doit valoir pour toutes, qu’elles croient en Dieu ou dans le saint Partage de dossiers. Le financement correspondant doit être réglé par les communautés elles-mêmes. Un Etat laïc n’a rien à chercher dans les Eglises.  »
Avec Eurotopics lire l’article de l’Expressen en intégral (suédois)