Ne te découvre pas d’un fil ! Vic & Dan, 2ème épisode

D’humeur hyménéenne…

Mariage royal, suite… Ça n’a pas tardé ! À peine les fiançailles de Victoria et de Daniel annoncées que Carl XVI Gustav, ou du moins ses services, demandait un réajustement à la hausse de la liste civile (9 millions d’€ pour 2009). La scène se déroule au Palais royal de Stockholm entre le monarque, un peu échauffé, et le placide ministre des phynances, Anders Borg, citoyen à queue de cheval et boucle d’oreille, dont certaines mauvaises langues disent qu’il a la moustache placé du mauvais côté :

The King : « Dis donc, grand Argentier, mes gens ont fait leurs calculs, il paraît que le raout hyménéen de ma plus grande va chercher dans les deux millions d’euros ! Va falloir passer à la caisse, bonhomme ! Avec la bourse qui se casse la gueule, je risque de bouffer la grenouille… et puis, ce n’est tout de même pas moi, le régent, qui vais régler la note, hein ? Il en va quand même de l’image du royaume… on ne va pas donner dans le misérable, avec un morceau de hareng sucré et un coup de schnaps, des köttbullar arrosés d’une cannette de bière, et une part de princesstårta avec une tasse de café dégueulasse ! Un peu de tenue que diantre !

Le Grand Argentier : – Non, bien évidemment majesté… Mais deux millions d’euros, vous n’y allez pas par le dos de la cuillère en argent ! Au moment où la plèbe se sert la ceinture, ça risque de grincer !

– Ils s’y feront… On leur vend du rêve, ça a un prix ! Le tarif des marchands de fantasmes, c’est beaucoup d’argent, mais c’est pas cher… s’ils rechignent on peut leur refiler des cauchemars… z’ont qu’à choisir !

– Vu comme ça évidemment…Pour votre gouverne, vous avez vu qu’une sorte de collectif s’est constitué sur Facebook contre les éventuelles rallonges que nous vous accorderions : le contribuable est inquiet, majesté…

– Des radins ! Il y en a partout. Des jaloux aussi…Qu’est-ce qu’ils peuvent faire contre le destin ? Et puis, tu as songé aux retombées pécuniaires pour les caisses du royaume ? Fredo* me disait l’autre jour qu’il tablait sur quelque chose comme 200 millions… Est-ce que je demande à partager la manne ? Non… bon ! Alors, pour ma rallonge, c’est bon ou quoi ? »

Dans l’intervalle, le fiston du monarque, le prince Philip, a largué sa copine, Emma Pernald. C’est bêta, elle n’assistera pas aux épousailles. Quant à la princesse Madeleine, la petite dernière, elle continue à faire la une des magazines pipole, elle pète la santé, on lui connaît un copain qui, à l’instar de Dan le roturier, me fait pas la une des magazines pipelettes… c’est un job le Gotha !

Quelques jours plus tard, on apprenait que le mariage aurait lieu le 19 juin 2010. Les Bernadotte aiment se marier les 19 juin : Oskar (futur Oskar 1er) avec sa Josefina en 1823, Karl (futur Karl XV) avec sa Lovisa en 1850, et un autre Oskar (futur Oskar II) avec sa Sofia en 1857, et puis, le père et la mère de Victoria, Carl XVI Gustav et sa Silvia en 1976. Par surcroît, c’est un samedi (la plèbe est libre !), c’est aussi la Saint Jean (midsommar), jour mythique en Suède… on donne dans Sissi impératrice !

Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, la presse, toute la presse, s’ébaubissait fin mars sur une création réalisée par le prince Carl-Philip : des couverts (fourchette, cuiller, couteau, cuiller à café). Sûrement très dizaïn les ustensiles, mais un vrai défi pour celui qui voudra manger avec…Le prince a remis son couvert… les invités au mariage seront-ils les cobayes ? À suivre…

*Fredo est le Premier ministre Fredrik Reinfeldt

D’humeur belliciste…

Il faut le reconnaître, les têtes d’œufs chargés de la communication suédoise savent y faire pour faire passer des messages. N’ont-ils pas, au cours de toutes ces années, parfaitement réussi à colporter une image globalement pacifiste du royaume des Suiones ? La réalité est évidemment tout autre. À preuve, les chiffres d’exportations d’armes qui ont explosé en 2008 : 1,10 milliard d’euros, soit 32 % de plus qu’en 2007 ! La crise, quelle crise ? Et ils vendent quoi, les pacifistes suédois ?

Leur avion de combat JAS Gripen (chasse, attaque, reconnaissance) à l’Afrique du Sud notamment, et leur char de soutien, le CV90 aux Pays-Bas et au Danemark. La Grèce et le Pakistan font aussi leurs courses en Suède. C’est un système de radar aéroporté, le Erieye, mis au point par Ericsson Microwave Systems, qui les intéresse. La Norvège et la Suisse se ravitaillent aussi en Suède, mais également, l’Australie, le Canada, le Japon, Singapour, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis, etc., etc. Mais, juré, promis, aucune vente d’armes à des pays en conflit. On allait le dire ! L’idéal pacifiste suédois a encore de beaux jours devant lui. Vendre des armes destinées à ne pas détruire, ça requiert un super bagout pour les commercialiser !

D’humeur gratifiée…

La cupidité se vend bien ces temps-ci. En pleine ramasse, la direction de Volvo Trucks avait quand même décidé de verser des gratifications à ses cadres supérieurs. Raison invoquée : une nécessité pour que ces bêtes rares restent dans l’entreprise ! Finement pensé ! En plein marasme, où pourraient-ils aller, la concurrence étant dans la même panade ? Fortement critiquée, la direction a fait marche arrière. Avait-elle le choix, quand elle s’est débarrassée de quelque 6 000 collaborateurs ces derniers mois ?

L’avidité, on la trouve aussi au sein de l’État. Retour sur la rapacité de serviteurs zélés.

Tout au long de l’automne, le ministre des finances, Anders Borg (voir plus haut), n’avait de mots assez durs contre les agissements des banquiers et autres traders qui se sont adjugé des bonus monumentaux en dépit de la crise, ce qui, à ses yeux, symboliserait la cupidité même. Une croisade menée systématiquement à chaque fois qu’un micro était ouvert… Manque de pot pour lui, son gouvernement avait entériné il y a quelques mois une proposition d’augmenter les primes des responsables des fonds de pension. Ces gestionnaires de l’État ont ainsi vu leurs gratifications passer de deux à quatre mois de salaires. En rythme de croisière, quand tout le monde se partage les bénéfices, il n’y a sans doute pas grand chose à redire, le copinage-coquinage est monnaie courante, mais lorsque l’économie mondiale dévisse total, il en va autrement, d’autant que les fonds de pension suédois accusent des pertes abyssales (le Premier fonds de pension a perdu 4,5 milliards d’€ en 2008 !). Comment, dans ces conditions, justifier des primes mirifiques (4 mois de salaires pour certains, c’est 85 000 euros !) pour une gestion archi-nulle ? Le ministre à la queue de cheval, qui aurait dû balayer devant sa porte avant d’aboyer avec la meute, ne voyait pas le problème ?!? Sans aller jusqu’à imposer des malus, les bonus titillent ! Il paraît que l’État va revoir sa copie… Chiche ! En attendant, ceux qui vont devoir résorber les pertes, ce seront encore les « clients » de ces fonds de pension, les retraités, à qui, on a déjà annoncé que leurs retraites seraient rognées ! La solidarité a bon dos !

Toujours au chapitre de la cupidité…

La direction de la banque suédoise SEB (Skandinaviska Enskilda Banken ) et son conseil d’administration ont connu de chaudes heures après l’annonce d’une augmentation des salaires de leurs directeurs et cadres. La directrice aurait ainsi vu son salaire annuel passé de 650 000 € à 810 000 €. Sous la pression très appuyée des media et de l’ire de hauts dirigeants politiques, la banque est revenue sur ses intentions. En réalité, surtout parce qu’elle n’aurait pas pu bénéficier du plan d’aides mis à disposition par le gouvernement. C’était donnant-donnant. « Ou vous gelez les salaires pendant deux ans et supprimez les primes, et l’État vous aide, sinon… » Des arguments qui ont ramené la banque à la raison. La SEB a beaucoup prêté aux États baltes lors des années fastes des économies « tigres ». La récession que ces pays subissent actuellement risque de sévèrement plomber les prêteurs. Les agences de notation sont cependant optimistes, « la SEB est sûre… » Jusqu’à preuve du contraire ! Bah ! 650 000 euros par an, il y a quand même de quoi voir venir !

Du même acabit, AMF, une caisse de retraite suédoise qui gère des portefeuilles d’investissements avait aussi voulu revoir à la hausse les émoluments de ces cadres supérieurs alors que la gestion hautement hasardeuse de ses fonds en 2008 avait résulté en de copieuses pertes. À peine annoncées, les augmentations étaient aussitôt retirées. C’était d’autant plus rageant que deux millions de retraités avaient vu leurs pensions grignotées à cause de la crise ! L’avarice des rapaces a de quoi laisser pantois !

D’humeur ozonée…

Bonne nouvelle ! L’ozone est revenu ! Après s’être étiolé au-dessus de la Suède pendant des années, les ozonoscopes sont formels, l’ozone a retrouvé l’ozonosphère. Ouf ! Au début des années 1990, la couche d’ozone présentait des faiblesses au niveau des unités Dobson, affolant la communauté scientifique internationale. Gare, les UV allaient nous boulotter tout cru ! On ne s’est certes pas débarrassé des CFC (chlorofluorocarbones), mais force est de constater que la nature a décidément une extraordinaire propension à se réparer ! On zone ou quoi !