Voyage en Vaucluse (3/3) : Les tentations de la « Venise provençale » et de ses alentours !

Dernière étape de notre voyage en Vaucluse : L’Isle sur la Sorgue et à un jet d’eau Fontaine de Vaucluse. Et en bonus, quelques bonnes adresses.

L'Isle sur la sorgue_2

Si Stockholm, installée sur ses 14 îles, entourée d’eau entre le lac et la mer est appelée la Venise de Nord, l’Isle sur la Sorgue avec ses multiples canaux , ses bras d’eau, ses ponts, avec ses historiques moulins et roues à eaux, apparaît également comme un regroupement d’îles et est surnommée la Venise Comtadine (en référence au comtat Venaissin dont l’Isle faisait partie) et plus communément appelée la Venise provençale.

L’Isle sur la Sorgue à 800 kms de Paris, 80 kms de Marseille, 20 kms d’Avignon, à proximité du Luberon, est l’une des villes les plus attractives de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en raison du caractère exceptionnel de son cadre de vie. Elle puise cette force d’attraction à la Sorgue, une rivière limpide à la température constante, hiver comme été, qui la traverse de toute part, à la source jamais tarie, au débit impressionnant qui donne l’impression étrange d’une suspension miraculeuse du temps !

Le tourisme y occupe directement (hôtellerie, camping, gîtes, restauration, loisirs) ou indirectement (artisanat culinaire, produits provençaux.) une part importante de l’économie de la ville… Mais c’est surtout et avant tout un centre européen de la brocante et des antiquaires.

L’Isle sur la Sorgue : Capitale de la « chine et des chineurs » !

Grande nouvelle dans le monde de la brocante et des antiquaires : l’Isle sur la Sorgue a ravi à Paris-Saint Ouen la 1ère place (2ème place européenne après Portobello à Londres) du commerce des antiquités en France.

2014-01-31 16.16.55Tout au long de l’année, 350 marchands ont élu pignons sur rues… ou plutôt sur les canaux et îlots de la ville, dans les anciens entrepôts de la gare, dans les maisons de maître, les patios, les esplanades, les pontons de bois, les jardins… et/ou se sont regroupés dans une dizaine de villages ouverts tous les week-end comme « le Quai de la Gare » crée dans les années 90, ou bien encore « l’Isle des Antiquaires » premier village créé en 1973 dans un ancien bâtiment industriel et qui réunit aujourd’hui une centaine de commerçants…

Avec en points d’orgue, les deux Foires Internationales de Pâques (cette année du 18 au 21 avril) et celle du 15 août -antiquité et brocante, livre ancien, art contemporain, design et décoration- qui accueillent les chineurs du monde entier et enregistrent des fréquentations records tant au niveau des visiteurs que des marchands professionnels.
Associés aux 350 boutiques d’antiquités d’art et décoration de la ville, l’offre cumulée des exposants (dont 10% viennent de l’étranger) attirent à l’Isle sur la Sorgue plus de 100.000 visiteurs. On vient des Etats-Unis, de Chine, du Royaume-Uni, de Scandinavie…

Depuis maintenant près de 40 ans, la brocante a forgé l’identité de la cité l’isloise, lui assurant une notoriété internationale. L’Isle-sur-la-Sorgue constitue donc, avant Paris- Saint-Ouen et après Londres, la deuxième plate-forme européenne du commerce des antiquités (la première en France). Au fil du temps, des commerces d’antiquités, de décoration, des galeries d’art se sont développées et sédentarisés. Ils constituent aujourd’hui une activité économique majeure pour la ville qui est passée de 7 000 habitants en 1960 à près de 20.000 aujourd’hui.

www.foire-islesurlasorgue.com

A quelques kms de là, en remontant la Sorgue, Fontaine de Vaucluse.

Et de l’Isle vous pouvez enfourcher votre vélo pour rejoindre Fontaine-de-Vaucluse, à 7 km de là, en remontant la Sorgue. Suivez le cours de la rivière et découvrez en route un panorama des plus bucoliques, parsemé de vignobles, oliviers et champs de lavande… Un site enchanteur.

SorgueFontaine-de-Vaucluse, une petite commune de moins de 1.000 habitants, offre un superbe point de vue sur la source de la Sorgue. Il faut noter que cet endroit d’où jaillit la rivière, au pied d’une falaise abrupte de plus de 200m, est l’un des gouffres noyés les plus profonds au monde. Il ne faudra donc pas manquer de contempler cette véritable curiosité locale et, de là, découvrir une Sorgue prenant au fil des saisons l’apparence d’un lac tranquille ou d’un torrent.

L’intense beauté de ce site a su émouvoir le cœur de nombreux écrivains et poètes comme le poète et philosophe Italien Pétrarque qui y séjourna souvent au 14è siècle et y écriva ses plus beaux chants à sa chère bien-aimée Laure (vous pourrez d’ailleurs visiter sa bibliothèque-musée à l’endroit même de son ancienne demeure); Frederic Mistral qui s’y promena souvent et y trouva sa muse pour une « poésie si originale, si géniale et si artistique, […], ainsi qu’en raison des travaux importants dans le domaine de la philologie provençale… » tels furent les intitulés de l’Académie suédoise quand elle lui attribua le prix Nobel de Littérature en 1904; René Char, originaire de la région et dont le Musée est ouvert à l’Isle ou bien encore Châteaubriant émerveillé par ces beautés romantiques qu’il popularise dans ses Mémoires d’Outre-tombe…

Cette énorme source, la plus grosse de France, a donné son nom à toutes les « fontaines vauclusiennes » du monde. Elle est classée cinquième au rang mondial avec un débit d’eau annuel de 630 millions de mètres cubes (20,0 m3/s). Le débit en fin d’été 2009 est descendu à 6 m³/s (79 cm)5, la sortie des eaux devient spectaculaire en période de crue (hiver et printemps avec un débit qui peut atteindre les 90 m3/s et dans ses plus forts débits, 170 m3/s

Visitez ensuite le Vallis Clausa (la Vallée close, d’où le nom du département Vaucluse), ce moulin à papier reconstitué prône l’usage de méthodes respectant la tradition du XVème siècle dans sa fabrication du papier. Le site est également un centre d’artisanat rassemblant une vingtaine d’artisans spécialisés dans diverses techniques d’ornementation (sur papier, sur verre, sur porcelaine, sur soie etc.) ainsi que des artisans travaillant le cuir et le bois…

Tous ces ingrédients entretiennent le mythe du phénomène  » Luberon, Pays des Sorgues et Monts du Vaucluse  » et de son pouvoir attractif en France et à l’étranger.

LES BONUS :

Hotel du ParcL’Hôtel du Parc à Fontaine de Vaucluse au cœur du village avec la Sorgue à vos pieds dans la salle à manger! L’un des premiers logis de la région. Entièrement rénové depuis 2 ans, il a ré-ouvert la saison dernière et offre désormais 12 chambres confortables et spacieuses avec vue sur un cadre naturel, unique, grandiose, un écrin de 6000m2 de verdure, les bords de la Sorgue, rivière à la source abondante et au débit spectaculaire ; un restaurant avec terrasse ombragée, un bar et sa verrière ainsi qu’un parking privé très apprécié en haute saison. Cuisine variée et raffinée alliant modernisme et tradition « Grâce à notre potager, vous retrouvez dans vos assiettes les légumes de saison. Les produits de notre table proviennent essentiellement des producteurs locaux, afin que vous puissiez goûter dans vos plats toute l’authenticité de la Provence » se régale à dire son chef Daniel Olmède. http://hotelrestaurantduparc.fr

La Maison de la Rose à Fontaine de Vaucluse : Roseline Giorgis est l’inventeur d’une nouvelle rose baptisée Baptistine. Créatrice d’un jardin de 3.500 roses à l’Isle sur la Sorgue, chimiste à ses heures dans sa Maison de la Rose à Fontaine de Vaucluse, où elle vit depuis une vingtaine d’années, elle est ambassadrice des célèbres roses grassoises Centifolia, cultivées depuis le XVIII è siècle pour la parfumerie et a les mêmes ambitions pour sa  création : la Baptistine.
Rose des Arts « En attendant je fais régulièrement des démonstrations de distillation, des fabrications de confits de pétales à partir des 106 pétales de ses fleurs… Je propose également des cours de cuisine aux herbes et aux fleurs… Préparation de condiments, sel aux herbes, sucre parfumé, confection de confits de pétales, roses en gelée, sirops et liqueurs, confiserie, chocolats, vinaigre, champagne…. Et puis j’essaie d’aller plus loin et j’endosse ma blouse de chimiste pour créer crèmes de beauté, contours des yeux, parfum, huiles de massage, savon parfumé… » s’exclame Rose toute à sa passion dans sa boutique show-room. www.rosedesarts.fr 
La roseraie des Baptistine sera présente au  Rendez-vous au jardin les 31 mai, 1er et 2 juin à l’Isle sur la Sorgue ainsi qu’au 3ème salon Bio, Bien-être, Tourisme également à l’Isle sur la Sorgue les 7et 8 septembre 2014

Maison BiscarelLa Côte d’Or, la dernière conserverie artisanale du coin ! La Côte d’Or est une entreprise de type artisanale dans la boucherie charcuterie traiteur. Créée en 1990. Elle est située au cœur du patrimoine historique de Courthezon, une des communes emblématiques de l’AOC Châteauneuf du Pape. « A la boucherie-charcuterie, nous avons rajouté à nos produits de détail, des conserves artisanales faites sur place et qui sont toutes élaborées à partir de viandes tracées et parfumées d’épices. La préparation personnalisée et respectueuse des normes d’hygiène et de sécurité des plats cuisinés conserve et révèle les saveurs gustatives de nos spécialités » se délecte à souligner Bruno Biscarel, le maître des lieux, promu cette année au titre de Maître Artisan, tout en nous montrant le processus de ses conservations….  

Et nous avons goûté avec gourmandise la terrine de campagne truffée au porc du Mont Ventoux, celle au foie gras, les tapenades noires, les pieds paquets d’agneau à la provençale… sans oublier ces longues saucisses sèches à base de Châteauneuf du Pape et aux olives de Nyons, de fromage de chèvre, de diverses variétés de poivre en grain… ces « sauterelles » qui trônent dans la vitrine juste en face de l’Office de tourisme et qui sont un véritable produit d’appel pour la boutique et pour cette petite commune de Courthézon. Maison BISCAREL & Fils, La Côte d’Or, Courthezon, bruno.biscarel@wanadoo.fr

2014-01-30 16.26.39Enfin pour les vins la Maison Ogier à Chateauneuf du Pape qui, dans ses caves centenaires, proposent un espace dégustation et vente des plus grands vins de la vallée du Rhône, un second dédié à l’histoire de Châteauneuf et de ses terroirs vieux de plus de 195 millions d’années et un dernier sur l’origine de la barrique, cuves et futs et leurs processus de fabrication… Avec modération sur www.ogier.fr

Allez, c’est à votre tour ! Bonnes balades dans le Vaucluse. Et pour vous aider à les préparer la toute nouvelle application gratuite de l’Office du Tourisme « En Provence Tour« . Agendas, itinéraires à pied, accueils touristiques et informations pratiques. A télécharger sur tous les stores: Apple et Android.

Plus d’infos sur www.oti-delasorgue.fr et www.lasorgueenprovence.com

Découvrez nos deux premières étapes :

– Voyage en Vaucluse (1/3): Un petit logis pour la Saint-Valentin
– Voyage en Vaucluse (2/3): A la poursuite du « diamant noir » de Provence