Suède : A Lund, on paye avec la paume de la main !

Payer d’une simple pression de la main. A Lund, ville étudiante du sud de la Suède, le rêve est devenu réalité. Plus besoin de fouiller dans son porte-monnaie ou de sortir sa carte bleue : dans une quinzaine de magasins et restaurants, pour régler, il suffit désormais de se faire scanner les veines de la main, a annoncé lundi l’université du jeune chercheur qui a mis au point ce système innovant.

Fredrik Leifland, étudiant en ingénierie industrielle, a eu l’idée de ce terminal un peu spécial alors qu’il faisait la queue à la caisse d’un supermarché et trouvait que chaque paiement prenait beaucoup trop de temps. Plus rapide, plus facile, mais aussi plus sûr que les moyens de paiement traditionnels, il est déjà utilisé par 1.600 habitants. «Le tracé des veines de tout individu est unique, donc il n’y a vraiment aucun moyen de frauder», a expliqué l’entrepreneur qui a monté sa start-up Quixter. Pour 100% de sécurité, avant de poser sa paume sur l’appareil, il faut composer les quatre derniers chiffres de son numéro de téléphone.

Enregistrement préalable

L’identification biométrique par les veines existe depuis plusieurs années. En 2006, le scan des mains a été testé par la société Fujitsu sur des élèves de l’école primaire de Tholdom en Ecosse pour qu’ils paient leur repas à la cantine. Mais cette technologie n’avait jamais été utilisée dans une aussi grande ampleur. «Nous avons dû mettre en relations les parties prenantes par nous-mêmes, ce qui était assez compliqué : les terminaux qui scannent les veines, les banques, les magasins et les clients», a expliqué M. Leifland.

Pour s’inscrire, ces derniers doivent se rendre chez un commerçant équipé d’un terminal, y faire scanner leur main trois fois, et donner leurs numéros de Sécurité sociale et de téléphone portable. Ils reçoivent alors par SMS un lien pour activer leur compte et le lier à leur compte bancaire, d’où les sommes dépensées seront automatiquement débitées deux fois par mois. Les transactions ne prennent plus que quelques secondes.