Sur la Route Napoléon ! (2): De Golfe Juan à Grenoble…

On dit que c’est la plus belle route de France, la plus audacieuse à travers la Provence et les Alpes.
La plus belle route de France comme parcours, … la plus audacieuce comme tracé, telle est la Route Napoléon de Golfe-Juan à Grenoble en passant par Cannes, Grasse. Digne, Gap…

Elle suit le trajet emprunté en mars 1815 par L’Empereur, parti de l’île d’Elbe, pour rejoindre la Capitale et reconquérir le pouvoir. La Route Napoléon (anciennement RN 85), longue de 314 km, a été baptisée en 1932. Elle a été auparavant dénommée Route des Alpes d’hiver, puis devenue Route Napoléon, et demeure l’un des meilleurs accès pour découvrir des paysages naturels, des lieux de mémoire, des villes historiques…..

Exilé à l’Ile d’Elbe en avril/mai 1814, Napoléon Bonaparte décide de revenir au premier plan de la vie politique française, 10 mois plus tard. Le 1er Mars 1815 , il débarque à Golfe Juan et part accompagné d’une poignée de fidèles reconquérir son titre. Il choisit de se rendre à Lyon par les montagnes et éviter ainsi les résistances des villes royalistes.
La Route Napoléon est donc le tronçon qui relie Golfe Juan à Grenoble, via Grasse, Digne et Gap. L’empereur a réussi à parcourir 324 Km en 6 jours et le 20 mars il est rentré aux Tuileries, conformément à ses prédictions.
S’ouvrait alors une période de Cent Jours pendant lesquels Napoléon et sa garde allaient traverser la Provence et les Alpes jusqu’à Grenoble, qu’ils atteignaient le 7 Mars, après une marche forcée d’une semaine.

En mémoire de cette prodigieuse épopée, les chemins que l’Empereur et ses fidèles empruntèrent et prirent par la suite le nom de Route Napoléon, route maritime de Portoferraïo à Golfe-Juan, route terrestre de Golfe-Juan à Grenoble.

• 1er mars 1815 : Débarquement à Golfe-Juan,
Partis de l’Ile d’Elbe le 28 février, le débarquement, prévu à Saint-Raphaël, se fait à Vallauris le 1er mars. C’est en plein jour, au vu et au su de tous, que l’opération se déroule, devant les douaniers surpris. Un premier bivouac est installé sur le rivage de ce qui est désormais Golfe-Juan.
Napoléon a prévenu le général Cambronne, qui commande l’avant-garde, de ne tirer aucun coup de fusil. La surprise et la rapidité sont les moyens essentiels de la réussite de cette opération. À la nuit, Napoléon et sa petite troupe arrive à Cannes par les dunes.

• 2 mars : Voulant éviter la voie du Rhône qu’il sait hostile, Napoléon fait prendre alors la route de Grasse pour gagner, par les Alpes, la vallée de la Durance. Au-delà de Grasse, la colonne s’engage dans de mauvais chemins muletiers et s’arrête à Saint-Vallier, Escragnolles, et Séranon. 64 kms sont effectués et la troupe bivouaque dans la neige à plus de 1.000 mètres

 3 mars : Après une nuit de repos, la troupe gagne Castellane ; dans l’après-midi, elle atteint Barrême. Napoléon est accueilli à la sous-préfecture.

Le 4 mars, par le col de Corobin, la troupe descend à Digne-les-Bains où elle retrouve la route qui court le long de la Bléone. Pendant que la petite armée bivouaque dans les jardins du château de Malijai, au confluent de la Bléone et de la Durance, Napoléon attend avec impatience des nouvelles de Sisteron dont la citadelle, commandant le passage étroit de la Durance, peut lui barrer la route.

• 5 mars : Sisteron n’est pas gardée et Napoléon y déjeune, puis quitte la localité dans une atmosphère de sympathie naissante. Le soir, il arrive à Gap et y reçoit un accueil enthousiaste.

• Le 6 mars, la troupe quitte Gap. Et couche à Corps.

7 mars : Le jour le plus long. Napoléon gagne la Mure, puis trouve en face de lui, à Laffrey, des troupes envoyées de Grenoble décidées à l’arrêter et à l’enfermer. C’est ici que se situe l’épisode fameux que commémore aujourd’hui un monument dans la « prairie de la Rencontre » ainsi nommée par Stendhal, la scène où Napoléon ouvrant sa redingote s’avance devant les soldats royalistes et leur crie . « Soldats du 5e ! Reconnaissez votre Empereur ! S’il en est qui veut me tuer, me voilà ! ». Les soldats du 5e d’infanterie de ligne se rallient. ». Le soir même, Napoléon fait son entrée à Grenoble aux cris de « Vive l’Empereur »..Deux jours passés dans la ville de Grenoble ont permis à l’Empereur de recevoir les autorités, d’édicter les premiers décrets et d’envoyer, par Turin, un courrier à Marie-Louise, lui donnant rendez-vous à Paris. Les armées envoyées pour l’arrêter l’accueillent en héros partout sur la route qui porte aujourd’hui son nom.

10 jours plus tard, le 20 mars Napoléon arrivait sans coup férir à Paris. Cette montée à Paris est connue comme le « Vol de l’Aigle », inspiré des paroles de Napoléon : « L’Aigle volera de clocher en clocher jusqu’aux tours de Notre-Dame ».
En 1932, la Route Napoléon sera inaugurée entre Golfe-Juan et Grenoble. Des aigles volants jalonnent ce parcours.

Pourquoi emprunter la Route Napoléon ? Parce que la Route Napoléon a un intérêt touristique incontestable :
1 – C’est un axe de communication majeur pour relier le Nord de la France et de l’Europe à la Méditerranée, entre l’A.7 souvent saturée et la route des Grandes Alpes.
2 – Elle traverse 2 Régions et 4 Départements aux magnifiques paysages, riches d’un exceptionnel patrimoine culturel et de charmantes communes,
3 – Napoléon inspire les Français ainsi que les étrangers pour un intérêt qui ne fait que croître avec le temps. La route qu’il a empruntée lors de l’épopée des Cent-Jours, à son retour de l’île d’Elbe, constitue une attraction touristique majeure.