Sur la Route Napoléon (4) : C’est un peu notre Vasaloppet , à nous !

ROUTE-~1Il y a 200 ans, jour pour jour, sur la route de son retour pour Paris depuis l’Ile d’Elbe, l’empereur après avoir débarqué à Golfe-Juan (voir les épisodes précédents) passait par les Alpes et entrait triomphalement dans Grenoble. La route vers la capitale et la reprise de son pouvoir lui était définitivement ouverte.

Les traces laissées par le passage de Napoléon, entretenues et enjolivées au cours du XIXe et du XXe siècle, favorisent l’émergence d’une nouvelle série de lieux de mémoire disséminés à travers les Alpes, les Alpes-Maritimes, les Alpes- de- Haute- Provence, les Hautes- Alpes, l’Isère…

La révolution des transports, entamée durant la deuxième moitié du XIXe siècle offre aux localités concernées l’opportunité de transformer cet héritage commun en véritable atout économique et touristique. Le pèlerin laisse alors la place au touriste…

Golfe Juan, Cannes, Mougins, Grasse, Séranon, Castellane, Barrême, Digne- Les- Bains, Malijai, Sisteron… Gap, Corps, Laffrey, Grenoble : Sur plus de 300 kms la Route Napoléon traverse des paysages d’exception et propose ainsi un périple entre mer et montagne. Elle traverse deux régions quatre départements et regroupe plus de 40 communes riches d’un exceptionnel patrimoine culturel et naturel… A suivre