MS Innvik, un voyage théâtral

DSC03142Une mer calme à perte de vue, des rythmes africains et des senteurs d’encens bercent les voyageurs. En fond de cale, ce sont des masques rituels et des danses urbaines qui enchantent la centaine de spectateurs assis. Bienvenue à bord du navire MS Innvik, scène théâtrale nourrie d’ influences cosmopolites.

Le navire a connu deux vies successives. Construit en 1967, cet ancien car-ferry a été rénové et aménagé, en 1988, dans le but de devenir une scène théâtrale flottante. Destiné à emmener les troupes de théâtre en tournée le long de la côte ouest, le bateau-théâtre a rencontré un très vif succès auprès des habitants de la région. En 2001, les croisières théâtrales ont cessé lorsque le bateau a été déclaré hors d’état de prendre la mer. L’histoire du MS Innvik aurait pu se terminer là, mais c’était sans compter sur la troupe de théâtre du Nordic Black Theatre qui a racheté le navire. Mené par le charismatique Cliff Moustache, le Nordic Black Theater est considéré comme le premier théâtre cosmopolite de Scandinavie. A l’époque de sa création, en 1992, Cliff Moustache avait ressenti le besoin de mieux représenter les artistes non-norvégiens, non-blancs. Aujourd’hui, la scène du MS Innvik se fait le porte-parole de cette volonté de mixité et d’ouverture. L’objectif principal de ce théâtre unique est de promouvoir le multiculturalisme, d’œuvrer à l’enrichissement personnel par la découverte des cultures du monde et d’ouvrir les esprits à de nouvelles pratiques culturelles. Des idéaux forts qui sont la marque de fabrique des productions artistiques du MS Innvik.

Le théâtre est complété par une école où des jeunes issus de minorités ethniques, entre 18 et 25 ans, ans, s’initient à l’art vivant du théâtre.

Si le MS Innvik a eu des difficultés à se faire reconnaître comme scène culturelle de qualité à Oslo, Dominic Wilson, responsable de l’information sur la MS Innvik, observe une évolution dans les mentalités : le public est aujourd’hui prêt à recevoir différent types d’art, différents types de talent ; il est prêt à reconnaître la culture des autres pays ainsi que  les formes d’expression les plus contemporaines comme une forme d’art à part entière.

DSC03128Lorsque l’Opéra, le nouveau et imposant temple de la culture classique, s’est installé en 2008, juste en face du bateau, les acteurs du MS Innvik ne l’ont pas perçu comme un concurrent, ou comme une menace, mais bien comme un futur partenaire, comme un équilibre entre art moderne et art classique. L’Opéra a d’ailleurs répondu avec enthousiasme à cette ouverture sur le monde en acceptant la création de projets communs, à l’exemple de Heritage, un ballet de danses traditionnelles norvégiennes combiné à des danses africaines, un véritable succès qui a ouvert l’opéra à un nouveau public bien plus mixte qu’à l’ordinaire. La dernière œuvre de coopération en date consiste en un spectacle de danse moderne (break dance, hip hop, etc.) sur une musique de l’orchestre philharmonique d’Oslo, présenté au Konserthus.

Retrouvez notre article complet dans le numéro de juin du Francofil’

Une réflexion au sujet de “MS Innvik, un voyage théâtral