Le paquet sur l’énergie renouvelable aux frais du contribuable

Rz_eolienLes contribuables vont, finalement, payer la majeure partie du paquet sur l’énergie renouvelable. Si la situation reste inchangée, le paquet devrait coûter plus de 2 milliards d’euros pour les dix prochaines années. En échange, le gouvernement offrira des emplois, augmentera l’autosuffisance énergétique et réduira l’utilisation du charbon.

L’ampleur du changement est considérable quand l’on sait qu’entre 1997 et 2007, le soutien financier de l’état concernant l’énergie renouvelable n’a été que de 300 ou 400 millions d’euros. Les subventions sont issues du budget de l’État, ce qui signifie que chaque contribuable y participe. Actuellement, on se pose la question du moyen par lequel on va pouvoir prélever l’argent du contribuable et c’est dans cette optique que l’on pense par exemple à augmenter la taxe sur l’électricité.

Des mesures telles que la garantie du système de prix fourniraient une motivation dans la production d’énergie éolienne.
La simultanéité de l’arrivée du paquet de l’énergie renouvelable et de l’autorisation du réacteur nucléaire d’Olkiluoto a été vue comme une erreur parce que cela accentuait les subventions et ne faisait pas d’effort pour changer le fonctionnement du marché.

Au contraire, le fameux prix préférentiel garanti change le mécanisme du marché en garantissant aux producteurs d’énergie issue des sources renouvelables un prix minimum pour l’électricité qu’ils diffusent dans le réseau national.
Les producteurs ont ainsi la garantie qu’ils seront capables de couvrir les investissements réalisés dans les éoliennes, par exemple.

Le prix préférentiel garanti augmente habituellement le prix de l’électricité. En Allemagne, où il y a actuellement de gros investissements dans les énergies solaires et éoliennes, le système a augmenté le prix de l’électricité domestique de 7,5 % selon l’Institut de recherche allemand.

Les subventions arrivent directement aux investisseurs en énergies renouvelables. Par exemple, le gouvernement prévoit de subventionner les services publics afin des les aider à remplacer le charbon par un combustible renouvelable.
Trois projets d’usines de biodiesel vont recevoir le soutien dans l’investissement initial et le développement des produits. Les premiers 80 millions d’euros seront inclus dans le budget de l’année prochaine.

Le gouvernement espère que cela influence le comportement des propriétaires forestiers, des services de l’énergie et des utilisateurs finaux.

Pour l’instant, l’objectif d’augmenter l’utilisation de copeaux de bois pour la fabrication d’énergie de 5 millions à 13,5 millions de mètres cubes annuels est basé sur le calcul de l’élargissement potentiel des forêts. Cependant, pour atteindre ce chiffre, il faudrait un changement d’attitude de la part de ceux qui vendent le bois.

Augmenter le nombre d’éoliennes revient à donner un grand coup de fouet au prix préférentiel garanti, mais il existe souvent de farouches oppositions au niveau local à l’installation de champs d’éoliennes. Cela implique donc un élément de pression et ainsi le gouvernement veut restreindre ses ventes de combustibles classiques pour vendre un minimum de combustibles renouvelables.

Enfin, le gouvernement a calculé que l’augmentation de l’utilisation de l’énergie renouvelable allait créer 20 000 emplois permanent ainsi que des milliers d’emplois liés à la construction des installations.