Le déficit budgétaire de la Finlande s’élèvera à 4,1 % du PIB en 2010

Pour la première fois depuis la création de l’Union monétaire, l’État finlandais ne respectera pas les critères de Maastricht qui fixe la limite du déficit budgétaire à 3 % du PIB. Si les prévisions officielles estiment que le déficit sera de 2,9 % l’an prochain, Olli Rehn, le commissaire finlandais en charge des Affaires économiques et monétaires préconise de mettre en place un programme de réductions des dépenses publiques afin d’assainir les comptes de l’État qui devra faire face, entre autres, au vieillissement de la population.
Une tâche qui incombera, s’il partage la même opinion, au gouvernement de Mari Kiviniemi (Parti du Centre) la nouvelle « Premier ministre ».