Epilogue : Ça l’a fée quand même !

Désormais, Le samedi à Stockholm, c’est le jour de mariage… sur l’air du tube d’Amadou et Mariam… Ça y est, les épousailles sont pliées, on va enfin pouvoir passer à autre chose !

Rien à redire, en terme de battage médiatique, on en a eu pour notre pognon ! Le peuple a rêvé, c’est maintenant l’heure de retourner au turbin ; il ne s’agit pas de s’endormir sur ses lauriers. Laquais, chambellans, plongeurs, « techniciens de surface » et autres éboueurs nettoient, astiquent et briquent après les agapes royales. La presse est unanime, c’était un mariage RÉ U SSI !

Tout le Gotha était là, des rois régnants et des souverains déchus ; les femmes évanescentes dans leurs étoffes froufroutantes, les hommes raides, scintillants comme des arbres de Noël… 1 250 invités à la cathédrale, 550 au banquet donné au Palais. Bénédiction nuptiale « simple » comme le veut le culte luthérien… Repas de noces ampoulé comme le veut la tradition.

À ce propos, on a senti dans les commentaires des media que l’absence de la France n’a pas été franchement appréciée. On signale tout de même que notre ambassadeur a assisté à l’office et que, côté présence, on était plutôt là… dans les verres et les gosiers. On a la monarchie qu’on mérite ! C’est Charles XVI Gustave qui a choisi les vins. Il a bon palais le souverain. Un Pommery Grand Cru 2000 en apéritif, du Sancerre Les Pierris 2008 Domaine Roger Champault en entrée, un Pomard 1er Cru Epenots 2002 Louis Jadot avec le plat de résistance et un Sauternes Château Simon 2007, pour le dessert… Que du français gouleyant bien de cheu nous !

Le prince Daniel a réussi son examen d’entrée en Gothanie, son discours a été salué comme une ode à l’amour… « un seul baiser ne suffit pas à se transformer en prince… », bref, la grenouille roturière a mué. Un accessit pour les coachs qui l’ont déniaisé. Pareil pour son papa, Olle, qui a délivré un discours à faire pleurer dans les chaumières…

Après l’office luthérien, cortège en ville en calèche et en chaloupe royale où quelque 500 000 badauds ont acclamé le nouveau couple coqueluche. Détail cocasse, quatre G-men dont une femme des services de la sûreté suédoise courraient à côté de l’équipage (un petit décrassage de 7 km). La Cour voulait le cortège écologique. Chevaux et matelots (c’est à la rame à bord de la chaloupe Vasaorden).

Détail encore plus bouffon (du roi), trois agences de presse, AP, AFP et Reuters qui ne s’étaient pas entendues avec la télé suédoise sur les droits de retransmissions ont carrément boycotté l’événement (textes, photos et vidéos). Il est ainsi passé à la trappe dans la plupart des pays du Globe. Un manque à gagner que les Suédois estiment à plusieurs millions d’euros. On ne pas tout avoir !

Leçon à retenir. On peut réellement faire de l’événementiel avec pas grand-chose. À preuve, qui en Suède aujourd’hui n’a pas entendu parler de Victoria et de Daniel ? S’il y en a un ou une, il ou elle a gagné le jackpot. Rabattues les oreilles, des superlatifs dégoulinants à longueur d’antenne, des détails grotesques, d’une histoire somme toute banale entre des jeunes gens qui se sont rencontré, se sont trouvé, se sont aimé et se sont marié… et qui passent leur voyage de noces en Polynésie.

Pragmatiques, les Suédois parient comme jamais sur Internet sur le sexe du, de la ou des héritiers à venir. La fête devrait continuer…

Dans l’intervalle, il nous reste sur les bras la princesse Madeleine qui a jeté son fiancé pour cause d’infidélité chronique et le prince Carl-Philipp qui n’arrive pas à imposer sa nouvelle copine, Sofia Hellqvist, aux souverains en charge qui ne l’apprécient pas. Personne dans vos connaissances ? FIN

Une réflexion au sujet de “Epilogue : Ça l’a fée quand même !

  1. alainb

    Mais faut faire gaffe quand la grenouille se transforme en citrouille ou bien qu’elle se pique à la quenouille… Allez c’est quand même mieux de les manger les cuisses de frogs, ce qui fait coasser nos amis nordiques…