La culture de l’alcool questionnée…

D’après une récente étude paneuropéenne concernant la consommation d’alcool parmi les adolescents, les jeunes Danois apparaissent comme les plus importants et plus décomplexés buveurs du continent.
Le document, fruit de la collaboration de nombreux scientifiques venant des deux cotés de l’Atlantique a encore une fois attiré l’attention sur les pays d’Europe du Nord et tout particulièrement le Danemark. Cette dernière, reposant triomphalement sur son piédestal éthylique voit néanmoins sa fameuse version de la culture de l’alcool questionnée par certaines autorités morales et civiques.

Le Danemark est en effet le pays Scandinave où la consommation de boissons alcoolisées subit le moins d’entraves. Au contraire de ses voisins Finlandais, Norvégiens, Suédois ou Islandais, le Danois ne connait pas la dure réalité des Vinmonopolet ou autres Alko et peut se procurer de l’alcool bien plus facilement qu’eux. L’alcool est de plus un important élément de la vie culturelle à la Danoise. Boire reste socialement acceptable et la dégustation de boissons rythme la vie sociale du royaume avec la régularité d’une horloge. Un exemple souvent mis en avant pour souligner cet état de fait est la tradition de donner à boire aux jeunes adolescents lors de leur confirmation (cette tradition, surnommé « Blå mandag » est documentée depuis le XIXème siècle). Plus tard dans sa vie, le Danois rentrera probablement en contact avec les « Fredag’s bar » (Bar du vendredi), largement populaires dans les universités du pays et où la vie sociale et la constitution de contacts prennent vie. Ces mêmes « Fredag’s bar » sont également présents au sein de nombreuses entreprises et leur fréquentation est souvent considérée comme un passage obligé pour s’imprégner de la culture de l’entreprise.

Cette culture de la boisson semble néanmoins avoir été quelque peu éclaboussée par le travail des scientifiques et quelques timides mesures semblent pouvoir prendre corps. Deux lycées de la région du Jutland ont en effet interdit la consommation d’alcool aux mineurs lors des fêtes organisées dans l’établissement. La loi n’établit cependant pas d’âge limite à la consommation, même sil est interdit de vendre de la boisson aux moins de 16 ans (18 pour bars et restaurants). Cette dernière régulation a également commencé à être discutée lors de la publication d’une autre étude montrant que les mineurs de moins de 16 ans n’avaient quasiment aucun problème à se procurer de l’alcool. Conduite sur une période d’un mois en automne de cette année, l’étude a également pointé du doigt la police qui n’a pas été capable (ou désireuse) d’inculper un seul vendeur durant ce même laps de temps.

En conséquence, une loi devrait être votée vers le début de l’année prochaine pour élever l’âge limite d’achat de boisson à 18 ans, un programme de prévention va également être institué dans les écoles avec l’aide de la police et d’experts de la santé dans le but de faire diminuer l’incidence de beuverie chez les jeunes.
Néanmoins, les auteurs de l’étude paneuropéenne avaient déjà souligné lors de la publication de leur papier que, si les pays scandinaves et particulièrement le Danemark étaient en tête de peloton, les courbes tendent à aller vers le bas. En effet, contrairement à leurs voisins d’Europe de l’Est, les jeunes d’Europe du Nord, s’ils restent assez décomplexés concernant la consommation d’alcool se ménagent un poil plus que leurs ainés. Cette tendance, couplée avec les nouvelles mesures qui devraient être misent en place en janvier pourraient limiter les cas de beuveries adolescentes, et qui sait, peut être aider les Danois à se débarrasser de leur réputation de gros buveurs qui leur colle bien trop souvent a la peau.

Article : Lyonel Perabo