Prospérité mondiale : La Norvège numéro 1

Le Legatum Institute, une organisation indépendante dédiée à l’étude de la prospérité des nations a révélé son classement annuel. Sans surprise aucune, les pays d’Europe du Nord sont à placer tout en haut du podium. À l’occasion de son nouveau rapport sur la prospérité globale, quelque 110 nations ont été consciencieusement étudiées. Usant de données provenant de sources plus que fiables (Organisation mondiale du commerce, FMI…) l’institut londonien a une fois de plus rédigé un nombre impressionnant de fiches, articles et analyses de fond qui seront certainement reprises par les politologues et économistes du monde entier. Il faut dire que l’institut a encore une fois effectué un très bon travail, chacun des pays étudiés dispose de sa propre page bourrée de faits tirés des statistiques et sondages utilisés par les rédacteurs du document. On trouve ainsi un index global regroupant toutes les variantes exploitées, mais aussi 8 sous-catégories disposant également d’un classement propre.

Les pays sont donc classés selon leur :
• Économie
• Dynamisme entrepreneurial
• Gouvernance
• Système éducatif
• Système de santé
• Niveau de sécurité
• Libertés individuelles
• Cohésion sociale

Ce qui différencie l’index du Legatum Institute de la plupart des autres index économiques existant, c’est que l’Institut britannique s’intéresse également de très près à la qualité de la vie lorsqu’il rend sa copie. On se retrouve donc au final avec un document prenant en compte le « facteur humain » ce qui, à lui seul donne au rapport un intérêt dont les poussiéreux rapports de la Banque Mondiale sont dépourvus.
Pour prendre un exemple, la qualité du système scolaire utilise entre autres comme variantes le nombre d’élèves par enseignant à l’école primaire, le degré de satisfaction des citoyens vis-à-vis de leur éducation et le degré d’alphabétisation de la population. Pour la cohésion sociale, les sondages forment la principale source d’information ; les sondés ont donc eu à répondre à diverses questions comme « Avez-vous confiance en autrui ? » ou « Vous sentez-vous en sécurité quand vous rentrez-chez vous le soir ? ». Pour cette catégorie, la proportion de mariages et les chiffres du volontariat ont également été utilisés.

Numéro 1 cette année, la Norvège se retrouve également à la première place pour l’Économie (« La Norvège est parmi les 10 premières économies de l’Index et ses citoyens sont extrêmement satisfaits de leur niveau de vie ») et la cohésion sociale (« La Norvège bénéficie d’un haut niveau de confiance sociale et d’engagement social ») tandis qu’elle remporte l’argent dans les catégories sécurité et libertés individuelles.
Les autres pays d’Europe du Nord sont également parmi le peloton de tête avec le Danemark, La Finlande et la Suède respectivement en 2ème, 3ème et 6ème positions. L’Islande parvient même à rester dans le top 15 malgré la crise et se voit placée juste au-dessus du Royaume-Uni à la 12ème place. La France quand à elle, un petit peu trop méridionale peut-être, ne se place que 19ème, coincée entre le Japon et Hong-Kong.

En parcourant les pages propres à chaque pays on peut aisément tomber sur quelques chiffres singuliers révélant une réalité légèrement éloignée de nos idées préconçues. La Suède par exemple, même si elle est numéro 8 mondial, souffre en terme de sécurité d’un taux assez élevé d’agressions et de vol, se plaçant respectivement 41ème et 60ème. Le pays est en revanche un havre de paix pour les écoliers qui bénéficient d’un ratio de 10 pour 1 enseignant. En France, on ne s’en étonnera pas, la proportion est presque le double avec 19 pour 1.
Le rapport du Legatum Institute mérite définitivement quelques louanges. Offrant à tous les chercheurs de la planète de solides évidences pour soutenir leur travaux, il est à la fois clair, concis et a une nette vocation académique (ce qui n’était pas le cas pour le classement Newsweek par exemple) qui le couvre d’une aura de respectabilité amplement méritée. Une seule critique pourrait venir à l’esprit malgré tout ; faisant un usage si extensif des nombres bruts, le rapport semble volontairement écarter les variables qui s’éloignent des sciences dures. Il aurait ainsi été bienvenu de profiter d’analyses et de commentaires sur des évènements particuliers comme le traitement des Roms en France, la question des Saamis en Suède ou la minorité russe en Estonie et leur ultime influence sur la notation finale.

2 reflexions sur “Prospérité mondiale : La Norvège numéro 1

  1. Brunet

    bonjour,
    je ne suis pas étonné par ce splendide classement,aux variables diverses et dès lors édifiantes. Egalement utilisables pour de bonnes recherches académiques.
    J’allais au Svalbard,pour une étude de géologie.Hélas,je ne pus m’embarquer,faute de l’autorisation du Polar Instiut.
    J’ai alors travaillé en Norvège (Trondheim),au Palace Le Britannia.J’ai aimé l’ambiance, le sérieux,les compétences,les habitants, la ville – surtout que mon père fit partie du Corps expeditionnaire de Navik, dont j’ai entendu parler en famille-Il est décoré du Diplôme remis par S.A.R. le Roi Haakon et de la médaille).
    Mon père y fut sous S.A.R Haakon, j’y fus sous S.A.R Olav.
    De plus,par ma mère,je suis d’origine norvégienne,très ancienne,par la Hanse (Bergen…dont j’ai bcp aimé le funiculaire).
    Les paysages y sont admirables,les Norvégiens sont discrets,respectueux d’autrui et de la nature.Ce sont des écologistes par…nature.
    Je ne suis pas étonné du haut niveau d’éducation,tel que je l’avais connu.Sur ce point,la Norvège a su garder et élaborer des Programmes scolaires, adaptés avec finesse et réalisme.

    L’intelligence stratégique des Norvégiens réside, entre autres,dans leur capacité citoyenne et gestionnaire,qui n’oublie pas les générations présentes et à venir ET les ‘aînés’ qui sont honorés par le respect et le confort qui leur est dû.
    C’est un pays brillant,peu connu tout compte fait,qui investit dans le présent et l’avenir,avec, à la fois l’audace raisonnée sur le long terme et la prudence.
    D’où le peu d’impact de la crise de 2008…
    Les richesses en sources énergétiques ne sont pas gaspillées et je crois savoir que les LOFOTEN seront encore conservées au titre de réserve énergétique,tout en gardant sa splendeur écologique,comme une oasis.
    J’ai aimé les jeunes norvégiens(de mon âge),justes en tout,et si sympathiques.
    Pour mon travail,j’ai payé mes impôts à la Couronne de Norvège et j’en suis fier! Car j’ai ainsi coopéré au développement de ce beau pays.
    Quant à prendre la Norvège comme ‘modèle’,je dis que c’est un fantasme
    car il y règne un état d’esprit d’équilibre et de tolérance,avec toutefois une Ethique au titre de cohésion, quasiment impossible en l’état du monde. Chacun sait que ce souhait est un voeu pieux.
    Mais pourquoi donc n’y suis-je pas resté !?

    J’écris de NORMANDIE où il se fête les 1100 ans du Traité de Saint-Clair-sur-Epte( en 911 )et la conquête de l’Angleterre par Guillaume en 1066.
    il y a un certain temps déjà,la Princesse SONIA était venue en visite en NORMANDIE.
    Comme nombre de Norvégiens,je suis d’accord sur le fait que le Roi puisse se retirer,s’il le souhaite,signe de sagesse et de vitalité de la Monarchie ( aussi,je me souviens que,sous son père,le ROI,il aimait se distraire, à juste titre,et qu’il souhaitait retarder sa montée sur le Trône. Ce que S.A.R. OLAV a satisfait en vivant jusqu’à 87 ans,sauf erreur.
    Comment pourrait-on ne pas aimer la Norvège ?
    amicalement.
    Nathan BRUNET
    Professeur

  2. Pingback: Les sophismes d’un étudiant contre la grève! « Le blogue d'un comptable socialiste