Spécial Japon (2/5) : Les délices de Hyogo !

Oublions l’artère historique Tokyo-Osaka-Hiroshima et direction le cœur du Japon !
Le département de Hyogo dans la région du Kansai, au centre-ouest de la plus grande île de l’archipel au PNB équivalent à celui du Danemark.

IMG_0678 (1)

Toshizô Ido, Gouverneur de la Préfecture du Hyogo. Photo: Frédéric Castel.

« La préfecture de Hyogo est la seule préfecture de l’île principale de Honshu qui a une ouverture à la fois sur l’océan Pacifique au sud et la mer du Japon au nord. Avec quelques 8.400 kilomètres carrés, il se classe 12ème sur les 47 départements et ses 5,6 millions d’habitants, en font la septième plus grande préfecture de l’archipel. » nous dit Toshizô Ido, le gouverneur de la préfecture.
« …Le plus impressionnant est la structure économique de Hyogo. Il est connu pour sa richesse agricole, la production de certains des meilleurs sakés du Japon. Le fameux bœuf de Kobe réputé pour son élevage exclusif est devenu une marque réputée et désormais protégé par un label équivalent de l’IGP française (Indication Géographique Protégée) pour son exportation en Europe… C’est aussi le berceau d’entreprise de réputation mondiale comme Kawasaki Industries ou Kobe Steel » continue le préfet de région.

IMG_0676

Toshizô Ido à la Préfecture du Hyogo. Photo: Frédéric Castel

« Le département abrite également les usines et les laboratoires de grands groupes japonais comme Mitsubishi Heavy Industries, Toshiba, Fujitsu ou Mitsubishi Electric …ainsi que des petites et moyennes entreprises locales. Comme en Europe, il y a beaucoup de PME/TPE, entreprises familiales traditionnelles, qui prennent une part importante dans l’économie du pays et même à l’export sur les marchés mondiaux. Enfin le Hyôgo, joue, depuis l’ouverture du port de Kobe en 1868, le rôle de porte d’entrée du Japon et dispose de réseaux de transport terrestres, maritimes ou aériens qui le relient aux autres provinces du Japon et au reste du monde. C’est à travers notre département que de nombreux aspects de la culture occidentale, comme le cinéma ou le golf, se sont répandus dans le reste du pays ou que la culture japonaise (karaoke, manga, gastronomie, mode) a influencé le reste du monde »: termine Toshizô Ido, élu depuis 14 ans à la tête de sa préfecture.

Promenons-nous donc dans le Hyogo et commençons par sa plus grande ville, sa capitale Kobe, 6ème ville du Japon, la ville portuaire.

Japon_KobeBien que totalement ravagée par le tremblement de terre de 1995, la ville s’est entièrement reconstruite et a retrouvé en grande partie sa vitalité économique. 4ème port marchand du Japon, elle abrite une importante zone industrielle grâce aux polders gagnés sur la baie (1000ha) ainsi qu’une importante population étrangère.

De plus beaucoup de multinationales étrangères telles le Suisse Nestlé ou bien encore l’Américain Procter & Gamble ont leur siège à Kobe. La ville est en effet très appréciée des expatriés pour sa douceur de vivre, sa vie nocturne (clubs de jazz), ses sources chaudes (Arima Onsen) et ses défilés de mode (Kobe Collection)…. La ville compte plus de 1,5 million d’habitants, 3 millions si l’on compte sa périphérie.

Jumelé avec Marseille, le port de Kobe est un important port de commerce international et souhaite devenir un des principaux ports en Asie. A une heure de l’aéroport international d’Osaka Kansai, à 2h30 de Tokyo, grâce au Train à Grande Vitesse le Shinkansen .
Japon_Tower_kobe-3La Kobe Port Tower est une structure située dans le port. Cette tour haute de 108 mètres a été achevée en 1963 et offre une vue imprenable sur la baie d’Osaka grâce à une plateforme d’observation située à 90,8 mètres. Elle est actuellement utilisée en tant que tour de télécommunication.

Le nouveau centre-ville de Kobe, un des projets symboliques de la reconstruction, abrite le Disaster Reduction and Human Renovation Institution (Musée qui fait revivre d’une façon très réaliste le tremblement de terre) et de nombreux organismes internationaux œuvrant dans de nombreux domaines tels que la prévention des catastrophes naturelles (Cadre d’Action de Hyogo adopté par les Nations-Unies après le tremblement de terre), l’environnement, la santé ou les droits de l’homme.

Japon_HimejiLa plus célèbre attraction touristique du département : Le château d’Himeji, à 40mn de Kobe en train.

Le château de Himeji apparaît souvent au cinéma ou dans les séries TV japonaises. Les scènes extérieures de Ran et Kagemusha d’Akira Kurosawa ont été tournées ici. Pareil pour le Dernier Samouraï, Shogun ou bien encore dans un des premiers James Bond avec Sean Connery On ne vit que deux fois.. La raison en est simple, lorsque le tournage d’une fiction doit avoir lieu, les producteurs se tournent naturellement vers cette merveille qui est la seule aussi bien conservée.

Mais n’imaginez pas Chambord ou Versailles, Drottningholm ou le Palais royal de Stockholm! Le château de Himeji ne ressemble pas du tout à l’image que l’on se fait d’un château en Europe : on dirait plutôt un temple ou un monastère. Japon_Himeji_HeronEn raison de sa ressemblance avec un héron blanc, le château de Himeji est surnommé Hakujoro ou Château du héron blanc.
Le château de Himeji est le plus grand et considéré comme le plus beau château du Japon, en tout cas le mieux préservé du pays, l’un des rares à avoir échappé aux incendies, séismes et ravages de la guerre… Construit à l’origine au 14ème siècle puis reconstruit au 17ème siècle, le château de Himeji est l’un des rares exemples de château d’origine au Japon, L’ensemble se compose d’un donjon principal à cinq niveaux et de trois donjons plus petits qui s’élèvent à près de 100 m au-dessus du niveau de la mer.

C’est l’une des plus vieilles structures du Japon médiéval Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et désigné comme trésor culturel du Japon, c’est l’un des douze seuls châteaux japonais en bois encore existants. De grands travaux de rénovation ont été effectués d’avril 2010 à mars 2015. Pour 20 millions d’€ (à 50/50,fonds publics et privés) pour doubler le nombre de ses visiteurs (1,5 en 2009 à 3 millions en 2016) et en faire le site le plus visité de l’archipel.

Les sources thermales d’Arima, à 30mn du centre ville de Kobe: les plus vieilles du Japon
TRIP_JAPON_BainsSituée dans les montagnes proches de la capitale, le onsen d’Arima (le bain thermal) est célèbre pour être la plus ancienne source thermale reconnue au Japon de part sa richesse de la qualité de ses eaux et de la nature florissante des Monts Rokko environnants proches. Considéré comme le sanctuaire du Kansai. alliant tradition et cérémonie tout en possédant deux magnifiques types de sources la rouge et voilée, la source d’Or (Kinsen) et la transparente et légère source d’Argent (Ginsen) au dioxine de carbone et à rayonnement naturel certifiées pour cures thermales et traitements thérapeutiques.

Quittons le Sud du département la partie la plus active, la plus peuplée, la plus industrielle et remontons vers le Nord , plus  traditionnel, plus désert, moins urbain mais peut-être la plus authentique.
Asago et Takeda son « château dans le ciel », Iguno et ses mines d’argent modernisées par des ingénieurs français dont l’un d’entre eux, Jean-Francisque Coignet, a d’ailleurs son buste à leur entrée… et bien sûr, nous sommes au Japon, les sources thermales !!

Kinosaki, un petit bourg au nord d’Asago, sur la côte de la mer du Japon.
Japon_KinosakiCette petite ville construite le long de la rivière Otani, bordée de saules, est l’une des destinations thermales phare de la région du Kansai. Les sources chaudes ont été découvertes au 8ème siècle et depuis lors, la ville s’est développée en une station thermale. C’est un excellent endroit pour faire l’expérience d’un onsen. Il offre la particularité de disposer de sept sources thermales sur une centaine de mètres, dans sa rue principale et voir les allées et venues de ses habitants et/ou touristes se baladant en yukata (d’hiver bien sûr !) d’établissement de bains en établissements de bains à 7 heures du soir est une sensation unique…

Japon_Yumura_OnsenIl faut également aller à Yumura, un petit village situé dans le district de Mikata. 1.200 habitants et les eaux les plus chaudes du Japon. Source découverte bien avant le premier millénaire. La ville, et le temple local furent construits autour de la source et, à toutes les époques, par tous les temps, les habitants ont pu venir se réchauffer ou bien encore réchauffer leurs plats, cuire des œufs (8mns!!), caraméliser leur boîte de lait Nestlé… L’hôtel Asonaya tout proche ne date pas de cette époque, loin s’en faut, mais si vous avez un peu de temps et… et quelques yens à dépenser, en extra, n’hésitez pas à vous y arrêter pour la nuit! Ça vaut le coup !! Pour le onsen (bains) bien sûr et pour les formidables kaiseki (repas) au dîner et au petit-déjeuner, pour les washitsu (pièces en tatamis), les shôji (portes coulissantes), les tokonoma (alcôves),  les yukatas (kimonos), les kotatsu (table basse), les zabutoni (coussins) et les futons… et surtout l’ogi, le reigi et le keigo, (le salut, l’accueil et la courtoisie) du patron et de  la patronne, Mari et Yasumasa Asano, un couple, « haïkiste et mangaka » à ses heures perdues… C’est aussi ça le Japon !!
« La politesse est la 3ème religion du Japon après le shintoïsme et le bouddhisme » écrit le philosophe Roland Barthes dans L’Empire des signes (Ed. Points, Essais, 2007) après ses deux voyages dans l’archipel dans les années 1970.

Dernière étape de ce tour et détour au Hyogo : Toyooka et sa réserve naturelle des cigognes blanches orientales.

Japon_CigognesIl faut à peu près deux heures de train de Kobe pour rejoindre Toyooka. La ville est située au milieu d’une région montagneuse, mais le nord de la ville avec ses plages donne sur la mer. L’agglomération est un regroupement de plusieurs petits villages répartis un peu partout sur un vaste territoire..
Le Parc départemental des cigognes blanches orientales de Toyooka étudie la protection et la reproduction de ces oiseaux et leur réinsertion dans leur milieu naturel
Les zones humides de Toyooka fournissent un habitat important pour la cigogne orientale. Après leur extinction à l’état sauvage dans les années 1970, dut à un environnement dégradé, Toyooka a commencé un programme de reproduction en captivité . Après un quart de siècle d’efforts de reproduction , la première cigogne orientale est née en 1989 .
En 2005, Toyooka a libéré 5 cigognes captives élevées qui se sont reproduites avec succès à l’état sauvage . En Juin 2015, il y avait 72 sauvages cigognes blanches orientales à Toyooka .

11733410_10153551465824015_714449985_n

Photo: Samantha Barrows

 » Ces cigognes sont le symbole du département de Hyogo et sont classées comme patrimoine naturel national… Nous agissons local et global. Il nous faut travailler dans ce sens. Pour nous faire connaître à l’international et faire connaître notre singularité en dehors des circuits connus, il nous faut retrouver notre authenticité et notre fierté, notre savoir-faire, et nos spécificités…Je sui