#Tourisme: Arvernes, Auvergne, Aveyron, Aubrac, Aumont… et les autres !!

L’Auvergne c’est un peu la Dalécarlie suédoise, le cœur de la France, le berceau de ses traditions, de sa nature… Elle constitue un pont entre les deux France : celle du Nord au climat anglo-saxon  et celle du Sud, la méditerranéenne. L’Auvergne a également joué un rôle prédominant dans l’histoire de la France, depuis l’époque gauloise (les Arvernes, Vercingétorix, Gergovie, la Voie romaine, Jules César), la chute de l’Empire romain, les troubles des temps barbares, les belles années de l’élevage et de l’agriculture, l’industrialisation et la crise qui suivit jusqu’à la désertification de ces dernières décennies qui sont autant de fondements de la société française. Avec plus de 2600 ans d’histoire,  l’Auvergne, est une des plus anciennes régions de France et une des mieux identifiées. Accroché au sud de l’Auvergne, l’Aveyron souvent confondu dans la mémoire des « émigrés aveyronnais parisiens » (les bougnats voir plus bas) qui disent volontiers, “ce week-end je descends en Auvergne“ pensant à l’Aveyron…

Quel regard les Français portent-ils sur l’Aveyron ? L’étude menée par l’Agence de Développement Touristique (ADT) de l’Aveyron, au printemps dernier, a permis de retenir en premier lieu que l’Aveyron est un nom connu ! Et cela notamment grâce à son emblème le Viaduc de Millau et bien d’autres ancrés dans l’esprit des Français : l’Aubrac, le Larzac, les gorges du Tarn, Roquefort, Laguiole, Conques, Rodez, Soulage, Bras… Et qui devraient l’être dans celui de ses visiteurs !
L’Aveyron est un département français situé dans la région Occitanie, dans le sud-ouest de la France. Il est au centre d’un triangle formé par les villes de Toulouse, Clermont-Ferrand et Montpellier. C’est l’un des plus grands départements de France métropolitaine par sa superficie avec près de 10.000 km2 de surface. Son point le plus haut est le lieu-dit les Cazalets, culminant à 1 463 mètres, sur les monts d’Aubrac. Découpé en plusieurs régions naturelles comme les Grands Causses, ce département est constitué de hauts plateaux rocheux anciens d’une grande variété géologique et de rivières Truyère, Lot, Aveyron et Tarn qui y taillent de profondes vallées. L’érosion glaciaire intense est à l’origine des nombreux lacs qui lui donnent des aspects de Scandinavie. Au sud-ouest, la Châtaigneraie offre un paysage de collines et un climat adouci, aux accents méditerranéens.
Avec 10 de ses communes qui rentrent dans son classement, l’Aveyron est le département qui comptent le plus de « Plus beaux villages de France » : Belcastel, Brousse-le-Château, La Couvertoirade, Conques, Estaing, Najac, Peyre, Saint-Côme-d’Olt, Sainte-Eulalie-d’Olt, Sauveterre-de-Rouergue.

Le Viaduc de Millau, l’un des phares de l’Aveyron

Le Viaduc de Millau est un pont à haubans franchissant la vallée du Tarn. C’est le pont routier avec l’ensemble pile-pylône le plus haut au monde (P2 : 343 m), dû à l’architecte britannique Norman Foster.. Son aménagement fut d’importance nationale et internationale et le maillon manquant de l’autoroute A75 assurant la jonction du nord de la France vers la Méditerranée, permettant de relier Clermont-Ferrand à Béziers, en franchissant une brèche de 2 460 mètres de longueur et de 343 mètres de profondeur au point le plus haut, dans un panorama de grande qualité et avec des vents susceptibles de souffler à plus de 200 km/h. Ce projet a nécessité treize ans d’études techniques et financières.
Avec les autoroutes A10 à proximité de la côte Atlantique, A20 à l’ouest du Massif central et A7 qui suit la vallée du Rhône, l’autoroute A75 fait partie des quatre grands itinéraires nord-sud pour traverser la partie méridionale de la France et, au-delà, relier le nord de l’Europe à la Méditerranée et à la péninsule ibérique.

Le fromage de Laguiole est emblématique du patrimoine gastronomique de l’Aubrac et l’aligot en est le plat incontournable, il est de toutes les fêtes.
L’Aubrac est un haut plateau volcanique et granitique français situé dans le centre-sud du Massif central et aux confins des trois départements de l’Aveyron, du Cantal et de la Lozère. L’Aubrac est  aujourd’hui essentiellement une zone d’élevage extensif pour la viande (viande bovine de l’Aubrac), ce qui n’était pas le cas par le passé (jusque dans les années 1960) où l’on fabriquait la fourme de Laguiole pendant l’été dans les burons. Dans chaque buron, officiait une équipe hiérarchisée où chacun avait une tâche précise à accomplir (traite des vaches, soin des veaux, élaboration du fromage…). C’était « l’âge d’or » de l’Aubrac et son souvenir imprègne encore fortement la mémoire collective.
L’aligot, plat traditionnel de l’Aubrac à base de tome fraîche et de pommes de terre, est directement lié au fromage de Laguiole ; la tome fraîche est issue de son cycle de transformation. Au début des années 2010, la fabrication de laguiole AOP s’effectue désormais en majeure partie en laiterie industrialisée (coopérative « Jeune Montagne » installée dans le bourg de Laguiole) avec les laits collectés quotidiennement dans l’ensemble du massif de l’Aubrac. La production fermière de laguiole n’étant plus assurée que par trois éleveurs-producteurs-fermiers.

Industrie et artisanat: Il y a peu d’industrie sur l’Aubrac à l’exception notable de la coutellerie dans la région de Laguiole.
Le couteau de Laguiole, aujourd’hui connu dans le monde entier, est produit par plus de 30 fabricants (industries ou artisans). C’est un couteau inspiré de la navaja espagnole, à l’origine utilisé exclusivement par les paysans de l’Aubrac et des alentours ainsi que par les bougnats et les limonadiers rouergats « montés » à Paris qui utilisaient ce couteau équipé d’un tire-bouchon.

Aujourd’hui, le couteau de Laguiole devient de plus en plus un article de luxe qui peut être personnalisé (nom gravé sur la lame) et dont le manche peut être en divers matériaux, en particulier des bois précieux (bois de rose, d’olivier, d’ébène, etc.) Il peut être pliant ou non (dans ce dernier cas, il est utilisé comme couvert).

L’Aubrac est une étape importante sur la Via Podiensis, l’un des 4 chemins qui mène à Saint-Jacques-de-Compostelle. La Via Podiensis (ou route du Puy) part de cette localité et passe par Conques après être passée sur l’Aubrac. Cette route coïncide avec le GR 65 et est très fréquentée par les pèlerins à la belle saison.

L’exode rural au XXe siècle et les « Auvergnats de Paris »: Avec l’arrivée du chemin de fer dans le Massif central vers 1880, l’exode rural, qui était resté jusqu’à cette date relativement faible, va considérablement s’intensifier. Les habitants de l’Aubrac et plus largement du nord-Aveyron, comme ceux d’autres régions du Massif central sont nombreux à émigrer à Paris. Ils échappent ainsi à une vie paysanne bien souvent miséreuse. Dans la capitale, ils se spécialisent dans le commerce du charbon puis dans celui du vin et de la limonade : les Parisiens les surnomment les bougnats. Leur acharnement au travail et leur sens de l’économie légendaire vont contribuer à leur réussite sociale. La majorité des « cafés-bois-charbons » de Paris est tenue par des Aveyronnais dès le début du XXe siècle. Certains connaîtront une réussite exceptionnelle à l’image de Marcellin Cazes (Brasserie Lipp) ou Paul Boubal (Café de Flore).

Le Causse du Larzac est un haut plateau karstique français du sud du Massif central qui s’étend entre Millau (Aveyron) et Lodève (Hérault). L’ensemble (relief, architecture, occupation du sol) est assez original pour avoir incité à la création du Parc naturel régional des Grands Causses et être inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le site est célèbre pour avoir été le point de départ d’un mouvement de désobéissance civile dans les années 1970, la lutte du Larzac.

Les Gorges du Tarn et leur « Point Sublime » !

Le Tarn prend sa source sur le mont Lozère et c’est immédiatement à la sortie de ce massif montagneux granitique que la rivière aborde les plateaux des grands Causses. La traversée de cette zone calcaire se fait par un canyon profond de 400 à 600 m que la rivière a creusé au fil du temps  sur une longueur de 53 km. Le Point Sublime (nommé ainsi par analogie avec un point semblable au-dessus du canyon du Colorado) est un des plus beaux points de vue sur les Gorges du Tarn. Situé sur le Causse de Sauveterre, le Point-Sublime est un belvédère dominant le Tarn de 400 m. La rivière fait à cet endroit un coude à angle droit, ce qui permet d’avoir un point de vue dans l’axe des gorges aussi bien au sud vers l’aval qu’à l’est vers l’amont. Situé à 870 m d’altitude, le site classé du « Point Sublime » est un des lieux les plus fréquentés des gorges du Tarn. Les gorges du Tarn sont un site naturel classé. Le principal axe de développement de cette région est le tourisme à travers différentes activités : la randonnée pédestre, le canoë-kayak, les bateliers, la spéléologie ou visites des cavités des causses l’environnant, la visite des villages typiques : cirque de Saint-Chély-du-Tarn, etc., la baignade, l’escalade, les sports de pleine nature, etc.

Roquefort: De réputation internationale, il est associé à l’excellence de l’agriculture française et à sa gastronomie.
Roquefort est une appellation d’origine désignant un fromage français à pâte persillée élaborée exclusivement avec des laits crus de brebis. Ce fromage est mentionné expressément pour la première fois au XIe siècle, ce qui en fait un symbole historique de la région des causses et vallées de l’Aveyron. Cette région rurale établie sur un terroir parfois très difficile à exploiter, en a fait sa richesse financière et culturelle. En 1925, en France, « roquefort » est la première appellation d’origine.  Depuis 1979, cette appellation bénéficie d’une appellation d’origine contrôlée (AOC) et, depuis 1996, d’une appellation d’origine protégée (AOP). Le mythe de l’origine ancienne du roquefort (vu comme le premier fromage du monde ou placé par les Romains aussi bien que par Charlemagne parmi les fromages les plus réputés à leur époque) relève plus de légendes. Bien que sa production reste locale, il fait cependant partie des fromages médiévaux sortis de l’anonymat.
Il se dit, que Jules César lui-même aurait beaucoup apprécié un bleu dégusté à Saint-Affrique, à une quinzaine de kilomètres de Roquefort; que Charlemagne aurait goûté un fromage persillé lors d’une chevauchée qui le ramenait d’Espagne. Diderot dans la « Grande Encyclopédie » en 1742, le qualifie de « roi des fromages » et « premier fromage de l’Europe ». Plus récemment, des ambassadeurs et consuls américains ont même déclaré que ce fromage participe comme le champagne au renom de la France aux États-Unis… (Mieux que le foie gras !!)

Michel Bras est un grand chef cuisinier français. Son restaurant, situé à Laguiole « Bras Michel et Sébastien » son fils a obtenu sa troisième étoile au Guide Michelin en 1999. Il est également classé « Relais & Châteaux » depuis 1992. Il a été classé à plusieurs reprises dans la liste des 10 meilleurs restaurants au monde. Il fait une cuisine dite « créative » souvent associée aux herbes fraîches et fleurs des alentours. Néanmoins, en septembre 2017, Sébastien Bras annonce avoir demandé, en accord avec sa famille, que le restaurant ne figure plus dans le Guide Michelin pour pouvoir continuer à créer plus sereinement.

Conques, l’un des plus beaux villages de France et son église abbatiale Sainte-Foy.
Pendant tout le Moyen Âge, Conques fut un important sanctuaire où étaient vénérées les reliques du crâne de sainte Foy. Elle est célèbre grâce à son église abbatiale dont l’architecture et les sculptures du porche sont remarquables, et son trésor, notamment la statue en or de Sainte Foy. Ce magnifique édifice roman a été construit aux XIe et XIIe siècles ; les deux tours de façade datent du XIXe siècle. La partie qui fait la célébrité du lieu est le tympan. L’abbatiale conserve également un trésor comprenant des pièces d’art uniques de l’époque carolingienne. L’intérieur est décoré par des vitraux de Pierre Soulages, peintre français, natif de Rodez toute proche et dont on fêtera le centenaire en décembre prochain.
Depuis le XXe siècle, elle a été déclarée « étape majeure » sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle (Via Podiensis). Le lien supposé avec le pèlerinage à Compostelle a valu à Conques, en 1998, le classement au Patrimoine mondial de l’humanité de l’abbatiale et du pont sur le Dourdou. L’influence de Conques sur le tourisme local a été reconnue en 2008 par le Conseil Régional Midi-Pyrénées avec la reconnaissance de la commune comme l’un des Grands Sites de Midi-Pyrénées.

Rodez, Préfecture de l’Aveyron.
De par sa situation géographique entre le viaduc de Millau et Conques, mais également à proximité de grandes métropoles du midi telles que Toulouse et Montpellier, son passé historique vieux de 2 000 ans, son offre culturelle avec ses musées, dont le Musée Soulages, le développement des transports routier, ferroviaire et aérien ou encore sa candidature pour le patrimoine mondial de l’Unesco concourent à une dynamique touristique positive de l’agglomération (300 000 touristes chaque année à la cathédrale Notre-Dame).

Musée Soulages: Nous reviendrons plus en détail sur le Musée Soulages construit pour exposer les œuvres du peintre français Pierre Soulages, né à Rodez, qui fêtera son centenaire le 24 décembre prochain

Crédits Photos DR, Offices Tourisme,  et ADT Aveyron