#Théâtre: Deux Bergman pour un Van Hove, figure majeure de la scène théâtrale internationale

Le metteur en scène belge Ivo Van Hove a recréé, l’été dernier, pour Le Printemps des Comédiens de Montpellier, une version française de 2 films, réunis sous forme d’un diptyque, du réalisateur suédois Ingmar Bergman, dix ans après sa version néerlandaise avec le Théâtre d’Amsterdam. Francofil a vu la pièce en novembre dernier dans la Grande Salle rénovée du Théâtre de la Ville-Sarah Bernhardt à Paris. Elle sera en tournée en France, les 22-23 mars sur la scène nationale de Mulhouse, les 11 et 12 avril à Grenoble les 16 et 17 mai au Havre. 

Figure majeure de la scène théâtrale internationale, Ivo van Hove et son International Theater Amsterdam dont il est le directeur artistique, compte à son actif une centaine de spectacles. Il trouve son inspiration dans le monde du théâtre, de l’opéra mais aussi du cinéma, dans les scénarios de John Cassavetes (Husbands) par exemple, Pasolini, Visconti (Rocco et ses frères, Les Damnés) et donc Ingmar Bergman. Le Suédois qu’il considère comme son maître tant en metteur en scène qu’en auteur: « Il parle toujours de ce qui nous concerne tous… Il tient des propos sur la la vie, la mort, l’amour… Il en parle d’une manière sincère, émouvante, parfois très brutale. Toute la vie est là dans l’œuvre de Bergman, la vie sociale, la vie de famille la vie des êtres humains… ». On pourrait rajouter la vie artistique, la vie du théâtre, des acteurs, des comédiens, comédiennes, des metteurs en scène…! Ce qui l’intéresse dans cette présente mise en scène: Après la répétition/Persona.

Les deux pièces de Bergman mises en scène par Ivo van Hove :
1. Après la répétition (1984) Texte : Pièce de théâtre écrite par Ingmar Bergman en 1984. Thèmes : La création artistique, le vieillissement, la peur de la mort, les relations entre les hommes et les femmes. Mise en scène d’Ivo van Hove : Scénographie minimaliste avec un plateau nu et des éclairages crus. Performance intense des acteurs, notamment Charles Berling dans le rôle du metteur en scène. Exploration des tensions psychologiques entre les personnages. Utilisation de la vidéo pour créer des flashbacks et des effets de distanciation.
2. Persona (1966) Texte : Scénario du film d’Ingmar Bergman Persona (1966) adapté pour la scène. Thèmes : La dualité de la personnalité, le narcissisme, la folie, le rapport entre l’actrice et son personnage. Mise en scène d’Ivo van Hove : Décors dépouillés et symboliques, inspirés du film de Bergman. Utilisation du son et de la lumière pour créer une atmosphère oppressante. Jeux de miroir et de superposition pour explorer les différentes facettes de la personnalité. Collaboration étroite avec les actrices, Emmanuelle Bercot et Justine Bachelet.

Points communs des deux mises en scène : la fidélité à l’univers d’Ingmar Bergman.
Ivo van Hove s’approprie les textes de Bergman tout en respectant leur profondeur et leur complexité. Les mises en scène d’Ivo van Hove sont souvent iconoclastes et dérangent les codes du théâtre traditionnel par leur modernité et leur radicalité, et ces « inspirations bergmaniennes » ne dérogent pas à la règle. Le metteur en scène exige une performance intense et précise de ses acteurs afin de créer une tension palpable sur scène et une atmosphère souvent oppressante, ce qui est le « rendu » obligé de tous ses spectacles, son style: des spectacles puissants, exigeants et dérangeants qui explorent les profondeurs de l’âme humaine.
Enfin, ce présent diptyque « bergmano-vanhovien » a reçu un accueil critique et public positif. Les mises en scène de van Hove ont été saluées pour leur puissance, leur intelligence et leur fidélité à l’univers d’Ingmar Bergman.

Crédits photos: Théâtre de la Ville – Sarah Bernhardt