Francolympien#8: JO2024, les champions ont rendez-vous à Paris ! J-50

A J-50, après avoir présenté les Jeux et les enjeux de Paris2024, fait un état des lieux et sites olympiques, évoqué la préparation de cette fameuse cérémonie d’ouverture hors normes, être entré dans  le Village des athlètes, véritable mégacité au nord de Paris, tenté de calculer le bilan carbone de l’événement, vécu l’arrivée de la flamme à Marseille le 8 mai dernier, pointé les premiers moments et les objets cultes de cette 33ème Olympiade, à J-50, ce jeudi 6 juin 2024, il est temps de faire le point sur les sportifs, sportives -ce sont eux/elles tout de même qui font les Jeux- qui pourraient illuminer la compétition.
Futures stars ou multi-médaillés, ils vont débarquer en France ! Il est difficile de pronostiquer avec certitude qui seront les grands champions des Jeux Olympiques de Paris 2024, Certains ne sont pas encore qualifiés. De plus, de nombreux facteurs peuvent influencer les performances le jour de la compétition, comme les blessures, les conditions météorologiques et la chance. Cependant, certains pays et athlètes se distinguent déjà comme des prétendants potentiels aux médailles. Voici quelques-uns des grands favoris internationaux :

Pour les pays, pas trop de suspense pour le podium.
Selon une étude publiée il y a une quinzaine par l’Observatoire française des conjonctures économiques (OFCE), les États-Unis et la Chine devraient se classer aux deux premières places dans cet ordre devant la Russie. Si les athlètes russes sous bannière neutre sont autorisés à participer -sous conditions-, le contingent russe n’est pour l’instant pas connu. En quatrième position figurerait la Grande-Bretagne et derrière la France donc au même niveau que le Japon et juste derrière l’Australie. Publiée en avril 2024, la plus récente étude de l’institut de statistiques américain Gracenote, plaçait elle la France à la 3e place avec 55 médailles dont 28 en or.

Quand aux athlètes, dans 50 jours, les plus grandes stars du sport mondial se sont donnés rendez-vous à Paris avec le même objectif : décrocher la médaille d’or aux Jeux olympiques de Paris 2024. Parmi ces sportifs, 10 noms seront scrutés plus que d’autres (avec quelques-uns de leurs principaux rivaux):

Armand Duplantis (Suède, athlétisme, perche)

Photo VDNPQR
Dans son monde, celui du saut à la perche, il y a lui et les autres. Sa domination y est sans partage. Sa marge sur la concurrence importante. Le Suédois a ses habitudes à des hauteurs – plus de 6,20 m (En avril dernier, il a battu son propre record du monde en passant 6,24 mètres) – que la concurrence, hormis Lavillenie à sa plus belle époque (6,16 m), n’a jamais tutoyées, à l’image des Américains Lightfoot (6,07 m), Kendricks (6,06 m) et Nilsen (6,05 m). La question, concernant « Mondo » Duplantis n’est donc pas tant de savoir s’il va s’offrir, cet été à Paris, un deuxième titre de champion olympique d’affilée après celui obtenu en 2021 à Tokyo mais avec quelle hauteur il va s’imposer.

Simone Biles (USA, gymnastique)
Avec 30 médailles mondiales et 7 aux Jeux Olympiques, dont 4 en or (individuel, par équipe, saut de cheval et sol) à Rio en 2016, l’Américaine est la gymnaste la plus médaillée de l’histoire. Après une pause forcée d’un peu plus de deux ans, en raison de soucis de santé apparus lors des Jeux de Tokyo en 2021, elle a fait, à 26 ans – elle en a eu 27 mi-mars – un retour fracassant à la compétition l’été dernier, décrochant en octobre à Anvers (Belgique) son sixième titre mondial individuel. Le tout en réalisant, en plus, un saut jusque-là jamais réalisé par une femme en compétition. La superstar de la gymnastique mondiale, s’est encore  largement imposée au concours national américain, dimanche 2 juin au Texas pour la neuvième fois.

LeBron James (USA, basket-ball)
Le roi LeBron est attendu. À Paris. Pour son troisième sacre olympique après ceux de 2008 à Pékin et de 2012 à Londres. Absent lors des deux dernières éditions, en 2016 à Rio et en 2021 à Tokyo, King James devrait, sauf blessure, faire son grand retour aux Jeux Olympique cet été. Le quadruple champion NBA, meilleur marqueur de l’histoire du championnat nord-américain, sera le leader incontesté d’une Team USA qui, cet été, à Paris, devrait également compter dans ses rangs Curry, Durant ou encore Embid ! Et on ne peut pas ne pas citer « Wemby » ! Le Français Victor Wembanyama, 19 ans et 2m24, le premier choix de la draft, tombé dans l’escarcelle des chanceux San Antonio Spurs, l’ancienne équipe de Tony Parker, et qui fut la nouvelle coqueluche de la NBA tout au long de la saison. Ce seront ses premiers JO. L’équipe de France de basket masculine a décroché la médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021. Ils se sont inclinés en finale face aux États-Unis. Nul doute que « Wemby » sera attendu de pied ferme. L’été s’annonce « show » !

Eliud Kipchoge (Kenya, marathon)
Le Kenyan est, à 39 ans, s’est mis en quête d’un exploit encore jamais réalisé. Enquiller, à Paris, un troisième titre olympique consécutif sur marathon après ceux remportés en 2016 à Rio et en 2021 à Tokyo. Dépossédé du record du monde de la distance en mars 2023 par son compatriote Kelvin Kiptum, premier homme à passer sous la barre des 2 h 01 (2 h 00’35’’), Kipchoge devra, pour arriver à ses fins, dompter un parcours annoncé redoutable et dont le dénivelé devrait surprendre plus d’un favori.

Kelly Slater (USA, surf)

Olivier Caenen Photographie

À 51 ans, l’Américain est une icône. Une légende de son sport, le surf, au programme des JO pour la deuxième fois seulement après une première, réussie, à Tokyo en 2021. S’il n’est plus aussi dominant que dans ses meilleures années, Slater, onze fois champion du monde, a fait du rendez-vous olympique son dernier grand défi. Un défi pour lequel sa parfaite connaissance de la mythique vague de Teahupoo, où il s’est déjà imposé cinq fois au cours de sa carrière, est un atout indéniable. Chez les femmes, à 24 ans, la Tahitienne Vahine Fierro vient de remporter, haut la main, la Tahiti Pro, la compétition incontournable des surfeurs du monde entier et d’être la première surfeuse à vaincre la vague légendaire.  Une victoire de plus pour cette prodige qui a un unique objectif en tête : défier la vague légendaire Teahupo’o lors des Jeux et remporter l’or olympique.

Noah Lyles (USA, athlétisme)
Reparti de Budapest (Hongrie), théâtre des derniers Mondiaux, avec trois médailles d’or autour du cou – 100 m, 200 m et 4×100 m –, l’Américain arrivera, au stade de France, avec l’étiquette de favori. Et la pression qui va avec. À 27 ans – il les aura juste avant Paris, le 18 juillet, celui qui avait craqué en 2021 à Tokyo, terminant seulement troisième du 200 m, dont il était le grandissime favori, devra savoir la gérer pour confirmer qu’il est bel et bien, depuis l’an passé, le patron du sprint mondial.

Elaine Thomson-Herah (Jamaïque, athlétisme)
Et si la Jamaïcaine devenait l’égale, en termes de palmarès, de son compatriote Usain Bolt et de ses huit titres olympiques ? C’est ce qu’elle peut devenir cet été à Paris. Pour cela, et alors qu’elle compte déjà cinq titres olympiques, il lui faudra faire la même chose qu’à Tokyo en 2021. Repartir avec trois médailles d’or autour du cou (100 m, 200 m, 4 x 100 m). Première athlète de l’histoire à avoir réalisé le double doublé, sacre sur 100 m et 200 m à Rio en 2016 et Tokyo en 2021, Thompson-Herah entrerait alors encore un peu plus dans l’histoire avec un triple doublé. Mais gare à sa compatriote Shelly-Ann Fraser-Pryce qui cherchera à remporter son cinquième titre olympique sur 100 m à Paris. Et pourquoi pas à la fantasque américaine Sha’Carri Richardson ?

Brittney Griner (USA, basket-ball)

EPA/MAXPPP

Sa présence sur les parquets lillois et parisiens cet été est un événement. Sportif bien sûr car la pivot (2,06 m) de Team USA, double championne olympique, est une joueuse de grand talent mais aussi un symbole. La basketteuse de 32 ans a en effet été incarcérée en Russie de février à décembre 2022 après avoir été interpellée à Moscou en possession d’un liquide à vapoter contenant du cannabis. Brittney Griner avait fini par être libérée, après de longs mois de tractations, en échange de la libération de prisonniers russes. Mais il faudra aussi compter avec Caitlin Clark, 22 ans, 1,83m… et déjà une légende du basket américain ! Certains signaux ne trompent pas ! L’équipementier Nike viendrait de lui signer un contrat à 8 chiffres sur 8 ans : 24 millions de dollars et une basket signature à la clef, comme Michael Jordan !

Léon Marchand (France, natation)

KEMPINAIRE STEPHANE/KMSP via AFP

Il n’est pas encore qualifié (il devrait l’être lors des prochains championnats de France du 16 au 21 juin prochain) mais il vient de décrocher son troisième titre de 400 mètres quatre nages lors des Mondiaux à Fukuoka, au Japon. Surtout, il a fait tomber un record vieux de 15 ans, celui de Michael Phelps en 4 minutes, 2 secondes et 50 centièmes. Léon Marchand s’annonce comme la terreur des bassins aux Jeux de Paris, lui qui évoluera à domicile devant son public. À 22 ans, l’élève de Bob Bowman, en Arizona, l’ancien mentor de Michael Phelps, ambitionnera de tirer profit de sa polyvalence pour se constituer un riche butin mêlant quatre nages, brasse et papillon. Il pourrait ainsi réaliser un exploit inédit en devenant le premier nageur français à être sacré double champion olympique en individuel. « Il n’y a pas vraiment de limites à ce que je peux faire », estime-t-il. (avec AFP et Paris-Normandie)

Il est important de noter que ce ne sont que quelques-uns des nombreux grands favoris des Jeux Olympiques de Paris 2024. De nombreux autres athlètes et pays ont le potentiel de remporter des médailles, et la compétition sera féroce dans toutes les disciplines.
Crédits Photos: AFP, Paris-Normandie, et crédits légendés.